• kaamelott_Dies_Irae

    Kaamelott Dies Irae

    Le 1er épisode de Kaamelott

    Pour ceux qui ne le connaitraient pas encore...

Identification

La forteresse oubliée PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Nicolas   

 

Voilà un an maintenant qu' Ergan a disparu. Un matin Gimilkhâd trouve un message sur le rebord de sa fenêtre : " Une fois de plus mon aide vous est promise. Je vous attends. " Devinant que l'auteur de cette lettre ne peut être que Saroumane, il envoie un messager trouver Wolfram en Rohan pour lui demander de le retrouver à Orthanc le plus rapidement possible. De son côté il fait route vers les Havres-Gris pour prévenir Terenil. Il trouve l'elfe absorbé dans son travail mais parvient à le convaincre de l'accompagner en Isengard. Círdan offre une nouvelle lance à Terenil avant son départ, Aeglos reposant maintenant dans un temple à la mémoire de Gil-Galad.

Les deux compagnons arrivent en Isengard et retrouvent Wolfram, accompagné du rôdeur envoyé par Gimilkhâd. Ils sont bien reçus par Saroumane qui se montre très intéressé par leurs péripéties au cours des dernières années. Le vieux sage leur conte ensuite l'histoire d'Indovor. Son armure se nourrit de l'âme de son porteur avant de rejeter le corps. Alors, de sombres serviteurs amènent la dépouille dans ce qui fut la demeure du premier seigneur noir. Il est donc probable que le corps d'Ergan s'y trouve mais seul un puissant breuvage, connu sous le nom de Souffle de Mandos, pourra ramener l'âme d'Ergan à son corps. La composition de cette potion n'étant connue que des plus grands guérisseurs parmi les elfes, les compagnons se rendent à Fondcombe pour demander audience auprès d'Elrond. Celui-ci leur demande quelques jours pour réunir les composants et pendant leur attente les compagnons ont la joie de retrouver Caïdoras qui se propose de les accompagner dans leur quête. Par une belle matinée, un vieil homme tout de gris vêtu apporte à Elrond le dernier composant pour la potion. Gimilkhâd range précieusement le petit flacon que lui remet l'elfe et les quatre amis font donc route vers les confins de ce qui fut le royaume d'Angmar, accompagnés par trois rôdeurs.

Après des jours de voyage, les indications de Saroumane leur permettent de découvrir la vielle forteresse, reposant au fond d'un gouffre cerné par trois montagnes qui rappellent la forme de longs crocs aiguisés. Le pont permettant d'accéder à la forteresse étant détruit, les compagnons décident de s'introduire dans la forteresse en empruntant un réseau de grottes qui passe en dessous. Deux des rôdeurs restent pour garder les chevaux pendant que les autres s'enfoncent dans les ténèbres. Après une courte marche ils finissent par déboucher dans une vaste salle donc le plafond semble recouvert de toiles. Quatre araignées se jettent sur les aventuriers mais sont immédiatement mises hors de combat. Tout danger semble écarté quand le rôdeur qui accompagnait les personnages et happé vers le haut de la salle par une gigantesque forme. Une araignée géante descend à son tour du plafond avant de s'adresser aux compagnons dans la langue commune : " Vous avez tué mes enfants, vous allez donc périr ! " Un dur combat s'engage au cours duquel Caïdoras est blessé. Mais la monstrueuse créature est terrassée et les compagnons parviennent à trouver un chemin en hauteur qui les conduit dans un cellier désaffecté. Evoluant parmi les ruines de la forteresse les compagnons dirigent leurs pas vers le château. De sa vue perçante Terenil aperçoit ce qui pourrait être une lueur au sommet de la plus haute tour. Une fois à l'intérieur des quartiers du seigneur de la forteresse, les compagnons découvrent une étrange salle pleine de lits mortuaires. Sur chaque dalle repose un cadavre. Parmi eux repose le corps d'Ergan, encore en vie. Gimilkhâd lui fait ingurgiter la potion d'Elrond et peu à peu son frère revient dans le monde des vivants…

Ergan ne se souvient plus de rien. Celui qui fut un autrefois compagnon enjoué et rieur semble sombre et torturé intérieurement. Dans son esprit se mélangent des scènes de la vie de celui qui fut Indovor et alors qu'il évolue dans les couloirs avec ses amis il est assaillit d'images d'un lointain passé. Il parvient même à semer ses amis qui le retrouvent quelques instants plus tard dans ce qui fut la chambre d'Indovor. Le jeune seigneur dúnedain est en train de revêtir une sombre cotte de maille et à côté de lui repose une lourde épée noire. Caïdoras découvre aussi les restes du journal écrit par Indovor. C'est alors qu'ils entendent tous des bruits de pas à l'étage et qu'ils se précipitent pour en découvrir l'origine. Ils se retrouvent alors face à un pont qui enjambe le vide pour rejoindre la plus haute des tours. En le traversant, ils sont assaillis par deux créatures ailées et doivent lutter durement pour en venir à bout. Alors qu'ils gravissent lentement la grande tour ils tombent sur deux serviteurs d'Indovor, vêtus d'une lourde robe noire. Les deux créatures demandent aux compagnons de les suivre et elles les conduisent devant le spectre d'Indovor. Le spectre leur apprend que désormais Ergan et lui sont liés. Le seul moyen de briser la malédiction est de détruire la source du mal qui repose sous la forteresse. Indovor propose alors à Ergan de le rejoindre et de détruire ses amis mais le jeune dúnedain refuse. Dans un éclat de rire le spectre disparaît et ses deux serviteurs se jettent sur les compagnons qui se font un plaisir de les détruire. Comprenant qu'il leur faut se rendre sous la forteresse les cinq amis entament leur longue descente. Mais alors qu'ils traversent une vaste et obscure salle ils sont attaqués de toutes parts par les serviteurs de l'armure. Des hordes de créatures se déversent sur eux et il leur faut lutter vaillamment pour défendre leurs vies. Après un long combat, ils parviennent à se retrancher dans une pièce et peuvent panser leurs blessures et prendre un peu de repos. La chance semble leur sourire car ils mettent à jour un escalier qui s'enfonce profondément sous la forteresse. Ils arrivent dans un grand couloir taillé à même la pierre et recouvert d'inscriptions en Noir Parler. Ils finissent par découvrir six cachots et à l'intérieur de l'un d'eux repose un elfe encore vivant. Ne pouvant le faire parler ils le laissent pour un temps et continuent leur exploration pour enfin découvrir une vaste salle au milieu de laquelle se dresse une gigantesque forge. Ne sachant que faire les compagnons prennent l'elfe avec eux et quittent la forteresse, repassant par le réseau de grottes. Des orcs semblent avoir surpris les deux rôdeurs qui gardaient les chevaux et leurs corps gisent sur le sol de pierre. Les cinq amis se lancent à corps perdu dans la bataille et ne font qu'une bouchée de leurs ennemis.

Après une bien longue route les compagnons reviennent enfin chez Elrond auquel ils confient l'elfe pour qu'il reprenne des forces. On leur apprend bientôt qu'il se nomme Maënialas. En attendant sa guérison les amis se séparent et retournent chez eux. Gimilkhâd décide de garder son frère à l'œil, le trouvant bien changé et bien froid. Quant à Terenil il questionne Círdan au sujet de Maënialas. Il apprend que l'elfe faisait parti des grands forgerons abusés par Sauron quand il parcourait les Terres du Milieu sous le nom d'Annatar.

Six mois viennent de s'écouler quand les compagnons se retrouvent à Fondcombe. Maënialas semble avoir repris des forces et ils désirent en apprendre plus de l'armure noire et de la malédiction qui pèsent sur Ergan. L'elfe se révèle bien désagréable et il ne fait nul doute qu'il participa à la création de cette sombre armure. Excédés, les compagnons décident de conduire l'elfe auprès de Saroumane après en avoir discuté avec Elrond. Le seigneur de l'Isengard commence à longuement interroger l'elfe et de nombreux jours se passent. Il finit par convoquer Ergan et lui demande ouvertement de tuer Maënialas pour lui, prétextant que c'est la seule façon de lever a malédiction qui pèse sur lui. Pour donner sa puissance à l'armure, ses artisans lièrent leur essence vitale à leur création. Etant le dernier encore en vie, Maënialas est la source de tout ce mal. Ergan refuse et Saroumane le congédie. Après une nuit agitée, le jeune dúnedain se réveille égal à celui qu'il fut auparavant. Quand les compagnons demandent ce qu'il est advenu de l'elfe, Saroumane leur fait savoir qu'il n'est plus besoin de s'occuper de son sort et renvoie les cinq amis chez eux. Avant de quitter Orthanc, Gimilkhâd demande au vieux sage s'il est responsable des rêves qui lui sauvèrent la vie. Enigmatique, le vieil homme répond qu'il lui plait d'aider ses amis et qu'ils seront amenés à se revoir car la destinée de Gimilkhâd est encore pleine de surprises…

 


Retour au sommaire