• kaamelott_Dies_Irae

    Kaamelott Dies Irae

    Le 1er épisode de Kaamelott

    Pour ceux qui ne le connaitraient pas encore...

Identification

La Porte PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Nicolas   

 

Aux Havres Gris Círdan convoque Terenil. Il est temps pour lui de parcourir les Terres du Milieu. Quand il reviendra, fort de sa nouvelle expérience, alors le maître des Havres aura peut-être une lourde tâche à lui confier. Rejoignant son ami Fangol ils décident de se rendre à l'Est pour prévenir un seigneur Dúnedain de l'ombre qui plane sur ses terres. En effet, nombre de seigneurs importants ont mystérieusement trouvé la mort et tout laisse à croire qu'il serait le suivant. Quelques nuits plus tard, pourchassés par des orcs, les deux amis décident de se réfugier à Amon Súl.

Au même moment, une colonne de cavaliers traverse les terres hostiles de l'Eriador. Sous la direction de Glomrend, un vétéran du Gondor, ils escortent leur Seigneur vers le nord. Ils n'atteindront malheureusement jamais leur but, tombant sous les coups des orcs dans un sous-bois. Blessé, Glomrend ne doit son salut qu'à son cheval qui le porte au loin. Dissimulé dans les arbres, l'elfe sylvain Caïdoras assiste impuissant à la mort de ces vaillants hommes. Décidé à sauver au moins le cavalier qui a réussi à s'enfuir il s'élance sur les traces du cheval. Reprenant ses esprits Glomrend découvre penchée sur lui une jeune femme. Tout en pansant les plaies du vieux soldat elle se présente comme étant Lôthiniel, une ménestrelle. Un peu à l'écart, son compagnon, un Dúnedain répondant au nom de Ergan, scrute l'horizon, soucieux. Rapidement le vent leur apporte le hurlement des wargs et il leur faut quitter la douce clairière. Alors que la nuit étant son noir manteau sur les Terres du Milieu, nos trois compagnons sont pris sous une pluie battante et sont obligés de se réfugier dans les ruines d'Amon Súl. Alors qu'ils installent un feu de camp discret des bruits de pas se font entendre dans les escaliers. Un éclair leur révèle un visage aux traits elfiques et Caïdoras s'avance parmi eux. L'elfe leur raconte comment il a suivit une petite armée d'orcs en maraude et a assisté impuissant à la mise à mort des compagnons de Glomrend.

C'est ruisselants de pluie que Fangol et Terenil pénètrent dans ce qui fut la tour de garde des trois royaumes du Nord. Surpris de trouver des chevaux dans les lieux ils gagnent l'étage, attirés par des bruits de voix. Les compagnons font connaissance et Ergan est sur le point de se présenter aux nouveaux venus quand des wargs font irruptions parmi leurs montures. Suivit par Fangol et Terenil, le jeune homme dévale les marches. Glomrend et Caïdoras criblent de flèches les orcs qui s'approchent pendant que la jeune Lôthiniel entonne un chant mélodieux qui semble captiver leurs ennemis. Au milieu de la mêlée Fangol à l'impression de reconnaître l'épée d'Ergan… Finalement les envahisseurs sont repoussés et au petit matin, se découvrant un objectif commun, les nouveaux compagnons chevauchent vers les terres du Seigneur Galadhil.

Le château du seigneur se dresse au milieu d'un petit lac. Un monumental pont de pierre le relie à la berge devant laquelle s'étend un modeste village. Alors qu'ils passent au milieu des chaumières le regard de Terenil est accroché par une vieille femme. Lui adressant un énigmatique sourire elle prend le chemin des bois au sud. Les six amis sont introduits devant le seigneur des lieux qui, reconnaissant Ergan, leur fait bon accueil. Ils font la connaissance de Dame Lonia et peuvent apercevoir, dormant dans un berceau, leur fille, Aürestel. La journée se passe et le repas du soir est interrompu par l'arrivée de Baraln, le fils aîné du seigneur Galadhil. Porteur de mauvaises nouvelles il a la mine sombre. Des troupes d'orcs ont été repérées au nord du domaine. Ayant appris que la vieille femme, du nom de Malnirne, résidait dans les bois au sud du village, Terenil décide de lui rendre visite de bon matin. Les dieux ont en décidé autrement et l'elfe erre des heures durant dans les bois avant de trouver la demeure de la vieille guérisseuse. Prétendant attendre sa visite depuis bien longtemps elle lui confie un étrange médaillon de Mithril en lui faisant savoir que son destin et celui de certains de ses compagnons les attendait dans une caverne des montagnes de l'est. Le soir au château tout le monde attend Terenil. Prenant congé Fangol se rend dans le bureau de Galadhil qui ne l'a pas quitté de la journée. Le seigneur semble bien soucieux et il raconte au jeune homme comment deux hommes sont récemment venus le trouver et l'ont menacé quand il a refusé une certaine offre. La discussion continue et le seigneur révèle qu'il a vu Fangol et ses amis en rêve marcher dans de profondes cavernes. Craignant pour la vie de Fangol il lui offre un talisman porte-bonheur. A son tour Fangol entre en possession d'un étrange médaillon en Mithril. Au même moment Terenil regagne le château et conte son aventure à ses amis. Résolu à suivre son destin il décide de partir le lendemain pour l'est. Caïdoras décide de le suivre alors que Glomrend prendra la route du Gondor pour regagner ses terres.

La séparation se fait au petit matin et Fangol, Ergan et Lôthiniel restent seuls au château. Une nuit, alors qu'il campe abrité par des rochers, Glomrend reçoit la visite d'un homme tout de blanc vêtu. Répondant au nom de Saroumane, il fait savoir au vieux soldat qu'on ne peut si facilement échapper à son destin. Après lui avoir remis un médaillon en Mithril, le voyageur reprend sa route. Troublé par cette étrange apparition, Glomrend reprend la route du château. Une semaine vient de s'écouler et des rumeurs parlant d'ombres descendues des montagnes de l'est arrivent aux oreilles des compagnons restés chez Galadhil. Quand Glomrend revient, porteur lui aussi d'un médaillon, ils sellent leurs montures et prennent la route des montagnes de l'est. Après de longues journées de chevauchée les quatre compagnons retrouvent les deux Elfes. D'après eux des créatures descendraient des montagnes pour traquer les humains. On ne retrouverait au petit jour que leurs ossements sanguinolents.

Après quelques jours de recherche les compagnons découvrent l'entrée d'une caverne. Une forte odeur de charnier s'en dégage. Tout le monde est d'accord pour progresser avec la plus grande prudence. Malheureusement, c'est dans les profondeurs de la terre qu'ils sont attaqués par deux sombres créatures. Se déplaçant sur quatre pattes griffues ces êtres possèdent un gigantesque œil noir en guise de tête. La bataille contre les Ténébreux est terrible et Glomrend brise son épée en essayant d'en abattre un. L'épée d'Ergan danse quant à elle un mortel ballet et finalement les créatures sont vaincues. Reprenant leur progression dans le noir, les six amis se sentent épiés. Derrière un rocher Glomrend découvre les restes d'un guerrier qui tient dans une main une vieille épée et dans l'autre un médaillon de Mithril semblable à ceux déjà en leur possession. Glomrend se saisit de l'épée pendant qu'Ergan glisse le médaillon autour de son cou. Leur marche conduit les aventuriers devant un gigantesque puits. Gagnant le fond en suivant les marches usées d'un vieil escalier, ils découvrent une ouverture sombre dans le sol. A côté, une dalle massive repose sur le dos. Un escalier semble descendre dans les profondeurs de la terre par cette porte dans le sol… Peu à peu les Ténébreux prennent conscience de la présence d'intrus et commencent à remonter vers la surface. Pris de peur, les compagnons tentent de bloquer le trou avec la dalle. Pendant ce temps Lôthiniel et Caïdoras sont aux prises avec des Ténébreux qui regagnaient leur antre. Une fois la dalle en place Fangol, Terenil, Glomrend et Ergan découvrent de complexes motifs sur le dessus. Aux quatre coins de la dalle d'étranges ouvertures les font penser aux médaillons et ils les utilisent pour sceller la porte de pierre. Terenil parvient à déchiffrer un seul nom sur la pierre sombre… Morgoth. Unissant leurs forces les compagnons détruisent les quelques Ténébreux encore à l'extérieur et c'est le cœur léger qu'ils quittent ce lieu maudit.