• kaamelott_Dies_Irae

    Kaamelott Dies Irae

    Le 1er épisode de Kaamelott

    Pour ceux qui ne le connaitraient pas encore...

Identification

L'île perdue PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Nicolas   

 

Voyage_1Sur les quais de Munii, la capitale de l’île des Cités Pourpres, une jeune femme nommée Shaïryne cherche un bateau en partance pour le Vilmir. Elle finit par se trouver une place sur le navire du capitaine Tarrick le borgne qui doit lever l’ancre le lendemain pour la cité de Uhaio. Cherchant à regagner la cité de Jadmar, Ilyan Gh’nalem erre sur les quais. Alors qu’il négocie la traversée avec le capitaine un homme étrange, dissimulé sous un long manteau, demande à faire lui aussi parti du voyage.

Le lendemain, à l’aube, Shaïryne monte à bord du bateau de Tarrick le borgne. Ilyan arrive à son tour suivit peu après par l’homme mystérieux. Quittant le port des Cités Pourpres sous la brume matinale, le navire commence son voyage.

Le deuxième jour la vigie repère une embarcation dans leur sillage. Alors que le soleil commence à se coucher un jeune marin du nom de Toarik quitte discrètement le navire sous la forme d’un aigle. De son regard perçant il découvre l'identité de l'autre bateau: une galère pirate.

Au matin du troisième jour l’équipage réalise que leurs poursuivants sont parvenus à leur hauteur. En début d’après-midi les pirates passent à l’assaut. Le combat fait rage et de chaque côté les pertes sont nombreuses. Grâce au talent de leurs passagers de dernière minute, l’équipage du capitaine Tarrick commence à prendre l’avantage. C’est à ce moment qu’apparaît sur le pont de la galère un homme vêtu d’une longue robe et tenant dans ses mains un grimoire. Reconnaissant au premier coup d'oeil un sorcier, l’homme mystérieux, qui jusque là s’était tenu à l’écart du combat, commence à incanter dans une langue étrange. Une vague de feu se matérialise à l’endroit où se tient le sorcier, réduisant son grimoire en cendres. Une nouvelle incantation et cette fois-ci c’est le sorcier qui s’enflamme comme une torche. Rendu fou par la douleur il se met à courir sur le pont de la galère, les bras tendus vers le ciel en hurlant des mots dénués de sens. L’homme mystérieux s’élance sur le pont de la galère mais son élan est stoppé par un pirate. Quand son adversaire mord la poussière, une flèche en travers de la gorge, l’homme entend un corps tomber à l’eau. Le sorcier n’est plus sur le pont… Sur le navire de commerce, Ilyan, Shaïryne et les quelques marins survivants ont réussi à se débarrasser de leurs assaillants. Manœuvrant pour s’éloigner de la galère en proie aux flammes les survivants doivent maintenant faire face à une terrible tempête invoquée par le sorcier avant sa mort. Ilyan a tout juste le temps de retourner dans sa cabine pour récupérer un étrange petit paquet avant que le navire ne sombre, sa coque brisée en deux.

C’est sur une plage que Ilyan, Shaïryne, Toarik et le mystérieux étranger se réveillent. Celui-ci se révèle être un mélnibonéen du nom de Hoarn’Jel. Cherchant des traces de civilisation, la petite troupe s’enfonce dans la forêt. Après quelques heures de marche ils finissent par arriver dans un petit village au pied d’une montagne. D’abord méfiants, les villageois finissent néanmoins par les accueillir. Quand Hoarn’Jel révèle son visage les villageois semblent épouvantés ! Nos quatre naufragés sont accusés d’être les envoyés du seigneur de la montagne. Ils apprennent qu’un homme aux traits semblables à ceux de Hoarn’Jel y vit et leur prend de jeunes enfants chaque année. La nuit tombée le conseil du village est interrompu par l’arrivée des serviteurs du seigneur de la montagne qui viennent chercher une jeune fille du nom de Mélina. Toarik essaye de s’interposer mais Hoarn’Jel l’arrête à temps. Usant de sa magie il révèle la forme d’un démon, dissimulé dans les ténèbres. Le mélnibonéen ne peut faire plier le démon à sa volonté et avant que celui-ci disparaisse avec ses complices il semble porter un grand intérêt au petit coffret détenu par Ilyan. Plus tard dans la soirée, alors qu’il examine l’objet, Hoarn’Jel sent qu’il renferme un grand pouvoir.

Au petit matin les quatre compagnons quittent le village pour se rendre dans la montagne à la recherche de ce mystérieux seigneur. Arrivés devant les portes d’une petite citadelle, Hoarn’Jel use de sa connaissance du Haut langage de Mélniboné pour forcer les portes à s’ouvrir. Déambulant parmi les ruines ils finissent par trouver quelques traces de vie et des manuscrits parlant des origines de cette citadelle, construite par une famille Melnibonéenne en exil. Leur exploration les amène dans une vaste salle au centre de laquelle Mélina est étendue sur un autel. Derrière elle un démon prend forme au centre d’un pentacle, au rythme des incantations d’un sorcier aux traits mélnibonéen. La situation est critique et les quatre compagnons se lancent dans la bataille. Ouvrant la voie à Hoarn’Jel, Shaïryne abat un des serviteurs du sorcier d’une flèche bien placée alors que Toarik s’engage dans un duel mortel avec le deuxième. Mais la chance n’est pas de son côté et gravement blessé il s’effondre sur le sol, inanimé. Pendant ce temps Hoarn’Jel et Ilyan se sont rués sur le sorcier qui se défend tant bien que mal. Volant au secours de son compagnon Shaïryne charge le serviteur. Mais décidément les dieux sont de son côté et il assène un terrible coup sur la tête de la jeune femme et la met hors de combat. La situation semble équilibrée maintenant mais c’est sans compter sur le démon qui parvient à échapper au pentacle. Dans une dernière attaque désespérée Ilyan empale le sorcier sur son arme. Privé de son maître le démon retourne sur son plan. D’un commun accord Ilyan et Hoarn’Jel laissent fuir le dernier opposant et vont s’occuper de leurs compagnons blessés.

Avec l’aide de manuscrits trouvés dans la bibliothèque de la citadelle Hoarn’Jel découvrent l’existence d’une grotte dissimulant le navire avec lequel la famille Melnibonéenne est arrivée sur l’île bien des années auparavant. Après avoir ramené Mélina au village les quatre héros font voile vers Vilmir et mettent un terme à leur voyage.

 


Retour au sommaire