• kaamelott_Dies_Irae

    Kaamelott Dies Irae

    Le 1er épisode de Kaamelott

    Pour ceux qui ne le connaitraient pas encore...

Identification

Ailleurs PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Nicolas   

 

An 1250, Age des Royaumes

Citation :
Survivre dans les plans n’est pas la plus aisée des entreprises. Bien souvent, le voyageur n’a pas la plus petite idée de l’endroit où il se trouve et quand il l’apprend, en général c’est à ses dépends.

- Eldeth Liore’eth, Erudit Elfe, 784 AdR -



Deyel, Keldraine, Sash’krar et Darn Aldon reprennent conscience au milieu d’une forêt, sous un ciel mouvant aux reflets violets. La conclusion leur saute aux yeux : ils sont ailleurs...

Il n’y a pas le moindre signe de vie autour d’eux. Ni animaux, ni insectes et pas la moindre plante en dehors des arbres. En y regardant de plus près, les arbres sont tous identiques et plantés à distance égale. Soudain, un individu se matérialise sous leurs yeux et s’adresse à eux en langue sacrée avant de réaliser que ce sont des habitants des 7 Royaumes. Il se présente comme étant Jaladiel, un elfe tel qu'ils sont décrits dans les légendes. Depuis des décennies il voyage à travers les plans, poursuivant un but connu de lui seul. Malgré ses connaissances, il est incapable de leur dire sur quel plan ils se trouvent. Un départ précipité du dernier endroit qu’il visitait ne lui a pas vraiment permis de choisir sa destination.

Alors que Keldraine examine un arbre et en arrache un morceau, une légère modification semble survenir dans la texture du ciel. Le petit groupe décide de se mettre en route et avance au hasard entre les arbres. Après bien des heures, ils aperçoivent une petite créature difforme au teint verdâtre. En quelques mots le gobelin leur explique qu’ils se trouvent sur le plan du dieu de la Destruction et plus précisément dans les bois de l’éternel recommencement. D’après lui, l’orée du bois est toute proche. Mais les compagnons n’ont pas le temps de faire un pas de plus que le ciel prend une texture chaotique et que le monde autour d’eux se soulève. Des éclairs d’énergie tombent du ciel, fracassant les arbres et manquant de tuer Deyel et ses compagnons. Quand tout se termine enfin, le bois reprend son apparence normale, comme si rien ne s’était jamais passé. Le gobelin leur explique que Torghul détruit le bois dans ses moments de fureur et qu’étrangement le bois se régénère juste après.

Finalement, les cinq compagnons sortent du bois et se retrouvent sur les plaines de sang où des armées se livrent une éternelle bataille. Tout n’est que désolation et le seul havre de paix sur des kilomètres est un petit village plus au nord. Des heures de marche plus tard, Deyel et ses amis pénètrent dans le village et sont accueillis par un vieux gobelin du nom de Garven. Craignant qu’on ne pille une fois de plus le village, le gobelin semble inquiet. Rapidement rassuré par nos voyageurs, il met à disposition une maison pour qu’ils se reposent.

Le lendemain, les compagnons sont réveillés par un gobelin à la mine patibulaire qui essaye de leur faire comprendre qu’ils sont attendus dehors. Avec un dernier regard sinistre, le gobelin tourne les talons et quitte la maison, marchant vers son destin. Deux orcs énormes se tiennent devant la maison, le cadavre du gobelin à leurs pieds. Ce sont les hérauts de Torghul, Zort et Gort, venus chercher le prince Deyel. L’affrontement leur semblant trop dangereux, nos voyageurs décident de suivre ces étranges guides. Quand Jaladiel leur explique qu’il existe des portails pour quitter un plan et que le plus souvent ils sont proches de la demeure du dieu, les compagnons sont certains d’avoir pris la bonne décision.

Tout au long d’une longue marche les menant vers la citadelle pourpre, les armées s’écartent devant les deux hérauts du dieu de la Destruction et rien ne dérange leur périple. Après deux jours, le bruit de leurs pas résonnent sur les pierres du sol de la citadelle. Leur destin semble scellé quand ils se retrouvent dans le grand hall menant à la salle de guerre de Torghul. C’est à ce moment que Jaladiel perçoit les énergies émanant d’un portail, tout proche d’eux. Darn Aldon, Sash’krar et l’elfe s’éclipsent sans le moindre bruit. Malheureusement, Deyel trébuche et entraîne Keldraine dans sa chute. Les deux orcs se retournent en grondant et l’affrontement s’engage. Après avoir éliminé un troisième orc, le petit groupe se précipite vers l’emplacement du portail. Arrivés devant une double porte, nos voyageurs ont la surprise de la voir s’ouvrir sur une femme aux yeux d’amande et aux cheveux de jais qui dégage une rassurante aura de puissance. Derrière elle, autour du portail, plusieurs cadavres d’orcs gisent dans leur sang. Adressant un regard à Jaladiel, elle suggère de franchir le portail en toute hâte.

Enfin de retour sur Prynéra, les cinq compagnons découvrent qu’ils sont dans le Royaume de Phylinis. Une petite journée de marche les conduit dans une grande ville où ils peuvent engager un mage pour les transporter en premier lieu aux abords du petit village de Ladon. L’Ordre de la Main Noire semble avoir mis ses menaces à exécution car le village est détruit et les habitants sont tous morts. Dans les décombres, Deyel tombe nez à nez avec Myra qui leur explique avoir été sauvée par un inconnu brandissant un marteau tel qu’elle n’en avait encore jamais vu. Cette irruption providentielle a mis en fuite Kaeron. Les retrouvailles passées, Deyel et ses amis se font transporter au palais d’Esteria par le mage.

Devant le Haut Roi, Deyel et Darn Aldon font le récit des événements de ces derniers jours. La réaction du souverain semble étrange et il conclut l’entrevue en annonçant le départ du prince et de sa suite pour l’île de l’été. Le lendemain, le petit groupe embarque sur un navire en partance pour l’Ardania et une semaine plus tard ils arrivent en vue de l’île de l’été. Enfin, un peu de repos !

A suivre...