• kaamelott_Dies_Irae

    Kaamelott Dies Irae

    Le 1er épisode de Kaamelott

    Pour ceux qui ne le connaitraient pas encore...

Identification

La bande du Beau Faubourg PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Felkrir   

 

Le printemps étend ses bras sur la ville de Paris et les personnages redécouvrent les joies des mondanités parisiennes. Rodrigue de Zamora est invité à une soirée de poésie organisée par Eleonore de Fontevraud où sera réunie tout le gratin des soirées parisiennes. L’inspecteur Lassigny, lui-même un grand ami de Mme de Fontevraud est également invité. De son côté, François de Frégnac a la surprise de recevoir la visite de ses deux sœurs, désireuses de se mêler un peu à la noblesse parisienne. L’aînée, Eve est d’ailleurs en âge d’être mariée. Etant lui aussi invité à la soirée par Angélique de Grand-Coulée, il confie à Rodrigue la charge d’accompagner ses sœurs.

La soirée qui débute par quelques essais de poésie de la part des invités, est animée par l’arrivée d’Anne du Plessis-Lonaye, une joueuse de harpe particulièrement talentueuse, comme l’histoire le révèlera… La jeune femme est rousse, arbore un air candide, est très belle bien qu’habillée sobrement, et surtout possède une voix très envoûtante malgré son accent italien. Ils rencontrent également le Vicomte de la Coudraie accompagné de son serviteur venu des nouvelles Indes. Au beau milieu du récital, une chose étrange se produit : tous les invités tombent inconscients et se réveillent un peu plus tard, délestés de la plupart de leurs objets de valeur, y compris de certaines chevalières. De plus, la petite sœur de François, Isabelle, a disparu. L’inspecteur Lassigny décide de prendre l’affaire en mains. Malheureusement, les rumeurs de lèpre et de peste persistantes à Paris mobilisent la plupart des archers de la ville afin de contenir toute émeute.

Après une courte enquête et après avoir consulté ses contacts, l’inspecteur Lassigny est mis sur la piste de la bande du « Beau Faubourg » qui n’en n’est pas à son premier forfait. Cette troupe de malandrins est en effet impliquée dans d’autres vols de bijoux. Les contacts de Rodrigue et François révèlent qu’une confrérie d’assassins, les « Saigneurs du Marais », ont été engagés pour éliminer la bande du Beau Faubourg. Apparemment le serviteur du Vicomte de la Coudraie a été aperçu en train de marchander avec l’un des leurs. Une embuscade va être organisée près de la porte de Clignancourt. Les personnages décident de s’y rendre.

Alors que la nuit est tombée depuis quelques heures, le quartier de la porte est aussi calme qu’un tombeau. Les personnages embusqués dans une ruelle remarquent plusieurs autres personnes dissimulées alentour, en particulier sur les toits. Avec l’arrivée des « Beau Faubourg » le combat s’engage entre les deux troupes de brigands. Au milieu de la bataille, François identifie sans peine sa jeune sœur en train d’aider les malandrins ! Les personnages décident de combattre les assassins bien supérieurs en nombre. Alors que le combat tourne en faveur des personnages et que le guet s’en mêle, les assassins prennent la fuite ainsi que les malandrins. François de Frégnac parvient néanmoins à retenir sa sœur.

Après une brève discussion, la jeune Isabelle est convaincue de leur révéler l’emplacement du repaire des bandits. Il semble qu’elle ait été embrigadée dans leur troupe et qu’elle soit même amoureuse de l’un des leurs. La bande se compose de Frimousse, leur chef, Bertrand Lausier, son frère, Doigts d’Or (frisé), l’amoureux d’Isabelle, Sirocco qui vient d’Arabie, Coupe-bourses (chauve) et enfin Raton et Hugo qui sont les plus jeunes recrues. Leur repaire est situé dans un château d’eau près du canal St Ouen. Les personnages s’y rendent et parviennent à rencontrer leur chef Frimousse qui n’est autre qu’Anne du Plessis-Lonaye. Lassigny parvient à conclure un marché avec eux : ils conviennent de restituer leur butin (dont la bague de Rodrigue) en échange d’une certaine immunité. De plus ceci permettra à l’inspecteur d’avoir des contacts supplémentaires. Ils découvrent également pourquoi le Vicomte est à leurs trousses : une lettre cachetée qui lui a été volée durant la soirée. La lettre contient un poème, mais l’identité du destinataire est inconnue :

« Le temps vient, Aristide de libérer l’Exclu.

Au milieu des ténèbres, entre Orion et Ursine

Que tes pics azurés m’ouvrent la voie des morts.

Guide-moi jusqu’à Lui d’une allure si féline. »

Après réflexion, ils décident de se rendre à la chapelle St Aristide située au nord-est de Paris. La chapelle est abandonnée depuis fort longtemps et une épaisse couche de poussière recouvre le sol. Dans le chœur trône une impressionnante horloge. Après l’avoir remise en route, Rodrigue fait pivoter les aiguilles jusqu’à indiquer minuit. C’est alors que retentit un son de carillon et que défilent des figurines d’oiseaux bleus. En observant le sol sous la couche de poussière, on remarque que de petites pierres incrustées dans le dallage se mettent à luire, formant une carte des constellations stellaires. La bague de Rodrigue se met à picoter…


 

rapiere