• kaamelott_Dies_Irae

    Kaamelott Dies Irae

    Le 1er épisode de Kaamelott

    Pour ceux qui ne le connaitraient pas encore...

Identification

La Fibule PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Felkrir   

Une investigation auprès des De Vignal s’imposant, les personnages décident de se rendre à leur hôtel particulier. Apparemment le bâtiment est fermé par de lourdes chaînes, ce qui laisse supposer que la famille a déserté les lieux. Benito apprend auprès des commerçants du quartier que la famille n’a plus été vue depuis plusieurs semaines, pas même leurs domestiques. Les personnages pensent que leur enquête doit obligatoirement passer par une fouille de l’hôtel. Ils organisent donc une visite nocturne (plutôt qu’une soirée mondaine).

Sur le chemin, le groupe a le sentiment d’être suivi. Ils décident de tendre une embuscade dans une ruelle déserte. Débouchent alors trois malandrins qui dégainent leur pistolet. Une fusillade retentit et plusieurs protagonistes sont blessés. Rodrigue qui était parvenu à se dissimuler surprend l’un des adversaires et lui règle rapidement son compte. Alors que les estocades pleuvent, un quatrième larron débarque armé d’un mousquet. Rodrigue est fauché de plein fouet par la déflagration mais parvient à tenir tête à son opposant. Finalement les personnages arrivent à en venir à bout. Essayant de faire parler un des mourants, il n’en obtiennent qu’un mot prononcé dans un dernier souffle : Asmodéa.

Grâce aux talents cachés de la marquise et de Rodrigue, ils parviennent à pénétrer facilement dans la place. Là, une terrible odeur de décomposition les saisit alors qu’ils découvrent le corps d’une femme de chambre atrocement mutilé sur le parquet du hall d’entrée. Suivant d’impressionnantes traces de sang le long de l’escalier principal, les personnages visitent les étages jusqu’à une macabre scène de crime. Dans le salon principal, les corps du père, de la mère et du fils De Vignal sont écorchés et disposés sur une étrange structure en bois. Des tentures sont disposées devant les fenêtres et de hautes bougies noires soulignent cette scène d’horreur.

Poussant leurs investigations, ils découvrent que les corps ont été mutilés de façon à composer un symbole étrange avec les blessures des victimes. La marquise décide de recopier ce symbole sur une feuille de papier trouvée dans le bureau. En outre, Benito remarque que le sang qui inonde le sol de l’hôtel est étonnement fluide étant donnée la date du crime. De plus les corps écorchés ont mystérieusement résisté à la décomposition. Il recueille une partie du sang et en conclut que les victimes ont été droguées avant la mort. Pendant ce temps, Rodrigue met la main sur une cassette dissimulée dans un faux mur : le trésor de famille qui contient deux mille louis d’or. Alors qu’ils explorent le rez-de-chaussée, ils découvrent également le cadavre d’un homme dans la cuisine, lui aussi en état de décomposition avancée, ainsi qu’un étrange objet en cuivre. Benito l’identifie comme étant une fibule gallo-romaine. Les personnages sont surpris par le guet qui a aperçu des lueurs inhabituelles à travers les fenêtres de l’hôtel. Ils sont forcés de s’enfuir subrepticement par le grenier, puis par les toits.

Le lendemain, ils décident d’aller mener leur enquête près des Arènes de Lutèce afin de retrouver la trace du possesseur de la fibule. Après avoir observé les allées venues pendant plusieurs heures, Benito reconnaît l’homme qui a enlevé Anna-Lisa. L’individu toujours masqué pénètre dans un souterrain. A la nuit tombée, le groupe se rend à son tour dans le souterrain. Après quelques détours, ils parviennent jusqu’à une grande salle souterraine, bâtie sous les ruines des arènes. Dans la salle, une sinistre cérémonie est en train de se dérouler. Anna-Lisa est enchaînée nue sur une grande dalle de pierre, et au dessus d’elle une femme entièrement vêtue de noir tient une dague à la main et s’apprête à l’utiliser. Avec elle, l’homme masquée la presse de se dépêcher. cinq hommes de main sont également présents, dont deux qui gardent l’entrée.

Les personnages se jettent sans hésitation dans la bataille, et en quelques secondes un déluge de poudre et de fer s’abat sur les kidnappeurs. Il s’en suit une mêlée plutôt difficile pour les personnages. Rodrigue a quelques problèmes pour venir à bout de trois adversaires dont une grosse brute, Benito se jette sur l’homme masqué et la marquise se lance dans un corps à corps terrible avec la femme en noir. Celle-ci se bat de façon assez surnaturelle et il faut toute l’attention d’Irina pour arriver à contenir ses assauts. Finalement, après un enchaînement spectaculaire, Irina lui inflige une terrible blessure à la jambe qui la cloue au sol. L’homme masqué qui est à ce moment aux prises avec Benito et Rodrigue, utilise une grenade fumigène pour prendre la fuite. Les personnages décident de ne pas le suivre dans le passage dérobé qu’il emprunte. Les deux bretteurs mettent ensuite à mort la femme masquée. Celle-ci se révèle être Agnès De Vignal, mais son corps est marqué de profondes blessures et son visage est comme rongé par la lèpre. Ils trouvent aussi une liste de noms dans la poche de l’un des sbires.

En sortant des arènes, les personnages découvrent la voiture de Theodorus qui les attend à la lumière de ses deux lanternes.

 

 

rapiere_inversee